La fondation de l’U.P. Nassogne Entre Wamme et Lhomme

mercredi 14 décembre 2016

Pourquoi ce passage du secteur pastoral à l’Unité Pastorale ? Willy Wele Wele, curé ce cette nouvelle U.P., répond à cette question dans l’édito du bulletin de secteur.
La messe de fondation a été présidée par Monseigneur Warin. Parmi les célébrants, Bernard Van Vynckt, le nouveau doyen de Marche-en-Famenne, concluait de belle façon cette messe de fondation.


Le 20 novembre 2016 : messe de fondation de l’Unité Pastorale à Nassogne


Chers Paroissiens, chères Paroissiennes, le 20 novembre 2016, nous aurons un grand rendez-vous avec l’histoire, avec notre histoire paroissiale. En effet, Mgr Pierre WARIN, notre évêque auxiliaire, viendra à Nassogne pour la messe de la fondation de l’Unité Pastorale que nous avons dénommée : Unité Pastorale Nassogne Entre Wamme et Lhomme. Un nom fédérateur. La Wamme et la Lhomme nous rappellent notre entité, la vie locale, les cours d’eau qui traversent nos bois et villages. D’une manière ou d’une autre, ce nom nous touche toutes et tous.
Les Secteurs Pastoraux créés en novembre 1978 sous l’épiscopat de Mgr MATHEN ont vécu. 38 ans après, ils ne répondent plus aux défis actuels dans un monde en grandes mutations et où l’Eglise et les paroisses sont invitées à créer un nouveau souffle missionnaire pour être plus proches des personnes, toujours prêtes à se réinventer, à se renouveler.
Mais ce changement n’est pas automatique. Il est accompagné par l’équipe diocésaine du Chantier Paroissial. En 2014, notre évêque écrivait ceci : « Dans notre diocèse, la terminologie de ‘Secteur Pastoral’ reste valable tant que le travail de remodelage paroissial n’est pas mené à son terme. Les secteurs pastoraux recevront alors, seulement, la dénomination d’‘Unités Pastorales’ reconnues par l’évêque » (Mgr Rémy Vancottem).
Et nous arrivons au bout du processus. Quel soulagement ! Merci à tous ceux qui y ont participé. L’Unité Pastorale ouvre chez nous une nouvelle ère qui implique une nouvelle manière d’être Eglise et de faire Eglise. Une unité. L’Unité Pastorale représente une organisation dynamique respectant l’identité de chaque clocher, apte à favoriser une souplesse, un partage des ressources et un meilleur travail d’équipe afin de répondre davantage aux besoins de nos communautés.
Vous comprenez que dans quelques semaines, une nouvelle ère va commencer pour toutes nos communautés. Sans renier notre passé, désormais, celui-ci nous éclaire et nous donne des pistes pour notre avenir.
Alors comment manquer un tel événement ? Comment louper ce rendez-vous avec notre propre histoire ? Comment ne pas être témoin et acteur d’un tel renouveau paroissial chez nous ? Vous vous dites « catholique » ? Le mot signifie « universel », une Eglise ouverte à tous. Ou vous vous dites « chrétien », c’est-à-dire disciple du Christ ?
Alors cette prière de Jésus doit vous interpeler : « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi.
Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17,21). Alors pourquoi s’isoler dans son petit coin ou faire seul « son « église » ? Joignez-vous à nous, à toute la communauté paroissiale pour vivre l’unité et la fêter. Il s’agit d’une unité dans la diversité, de la communion des communautés.
Pour nous permettre d’y participer tous (chorale de l’Unité Pastorale, servants d’autel, jeunes du patro, enfants du caté et catéchistes, familles, etc), toutes les messes paroissiales du weekend sont supprimées. Et le dimanche, une seule messe solennelle à Nassogne à 10h30 suivie d’un moment de convivialité (la troisième mi-temps) à la maison rurale de Nassogne. Impatient de voir ce jour !

Le curé : Willy




Le mot du doyen

Puisqu’il m’a été demandé de vous adresser quelques mots à la fin de l’office, je voudrais d’abord me réjouir du renouveau qui s’effectue dans les paroisses du coin. Et pour cela remercier Willy et Clément.

Vivre ce moment à Nassogne me fait rappeler qu’il y a plus de trente ans maintenant, fut organisé ici une grande assemblée diocésaine. Et à l’époque déjà, Monseigneur Mathen nous disait, avec le clin d’œil et le mot raccourci qu’il appréciait : L’Eglise n’est pas faite que de curés !. Tous les baptisés sont responsables afin de porter l’évangile dans tous les lieux de vie. Merci donc à vous, chrétiens d’ici, qui vous engagez et apportez votre pierre, parfois modeste, pour bâtir l’Eglise en ce coin de Famenne ou d’Ardenne.
J’ai aussi souvenance que l’Assemblée diocésaine de Nassogne avait défini 20 priorités et que la toute première était une invitation à porter attention aux pauvres... A l’image de ce que faisait Jésus lui-même. Aujourd’hui, c’est le Pape François qui rappelle sans cesse qu’il ne faut pas craindre d’aller visiter les périphéries, de rejoindre les hommes là où ils sont et de faire un bout de chemin avec eux, au nom de l’Evangile. Alors sans cesse, il nous faudra poser ces questions : quelle présence d’Eglise auprès des jeunes, auprès des malades, auprès des fragilisés ? Quel accueil réserver aux blessés par la vie, quelles que soient leurs blessures ? Pour être crédible en notre temps, pour que sa parole ait encore quelque chose à dire, je crois sincèrement que notre Eglise, notre communauté chrétienne, se doivent de relever ce défi. De réfléchir et de choisir ensemble - ce que nous nous efforçons de faire en doyenné - de choisir ensemble les voies possibles pour que l’évangile reste une bonne nouvelle pour les hommes, les femmes, les jeunes de notre temps.
Permettez-moi de terminer par ce petit clin d’œil. Nous sommes ici au pays de Saint Monon que l’on prie particulièrement le dimanche après l’Ascension "po lès p’tites èt lès grossès bièsses" ! Anecdote... Prions-le donc, pas seulement pour l’agriculture - et Dieu sait s’il se pose des questions, en particulier pour l’élevage, une des premières richesses de la région... mais que Saint Monon accompagne aussi ce projet dans cette Unité Pastorale !

Bernard Van Vynckt


Commentaires