La joie d’un prêtre de voir un secteur se mettre en chantier

lundi 4 janvier 2016

L’abbé Willy Wele-Wele, curé du secteur de Nassogne, exprime ici la joie de voir son secteur se mettre en chantier...

Le mot chantier désigne quelque chose d’engagé et de non encore abouti. C’est pareil pour le chantier paroissial, qui par ailleurs, part d’une réalité ecclésiale inscrite dans le tissu paroissial. Ainsi donc pour prétendre avancer dans le chantier paroissial, il faut se rappeler tout d’abord la mission de l’Eglise : être signe et instrument du salut pour l’homme.
Mais l’Eglise est une communauté de baptisés (Ecclesia). Cela me fait penser directement aux différents ministères et charismes des baptisés. Tous nous sommes (devons être) messagers et acteurs de l’Evangile et tous, nous formons un Corps (1Cor 12,27).

Ceci étant dit, ma mission de prêtre, je la situe dans cette dynamique des ministères dans l’Eglise ; ministères qui trouvent leur source dans le baptême que je partage avec tous les autres baptisés. Mais j’ai reçu aussi le sacrement de l’Ordre pour conduire la communauté, comme collaborateur immédiat de l’évêque. Je vis cette mission globalement sous trois modalités :

Ma mission de pasteur : j’essaye d’être proche des personnes et de conduire la communauté avec bienveillance et sollicitude pastorale. J’ai souvent pensé à un précieux conseil que le pape François donnait aux évêques et prêtres : « Qu’y a-t-il de plus beau pour nous [évêques et prêtres] que de marcher avec notre peuple ? Je le répète souvent : marcher avec notre peuple, parfois devant, parfois au milieu, et parfois derrière : devant, pour guider la communauté ; au milieu, pour l’encourager et la soutenir ; derrière, pour la maintenir unie afin que personne ne demeure trop en arrière, pour la garder unie » (Pape François, Discours aux prêtres, consacrés et membres des conseils pastoraux à Assise, in DC n° 2515, janvier 2014, p. 134-135). Je trouve ma joie dans cette proximité avec la communauté.

Ma mission d’accompagnateur : je ne suis pas tout seul en paroisse et je n’ai pas le monopole de l’Esprit- Saint. Je partage la mission avec d’autres. Il ne s’agit pas de leur faire faire ce dont j’ai envie mais de faire avec eux, de discerner ensemble. C’est dans cette mission partagée dans la confiance et le respect de chacun que je trouve ma place comme prêtre. Je pourrais dire que le prêtre engendre la communauté et la communauté engendre le prêtre. Cette collaboration permet de mieux répondre aux attentes des personnes.

Enfin, ma mission de veilleur et d’éveilleur. J’essaye de veiller à la communion entre tous les clochers, à une large participation de tous à la vie de secteur. En même temps, je reconnais les différents talents de chacun. Il est important de reconnaître ces différents talents. Cela met les personnes en confiance et les motive à donner le meilleur d’elles-mêmes.

Ma chance et ma joie, c’est de travailler à Nassogne, un secteur pastoral qui a beaucoup de ressources humaines, des personnes qui veulent travailler ensemble et veulent participer au chantier paroissial. Ma joie comme prêtre, c’est de donner l’occasion à toutes ces personnes de bâtir une Eglise fraternelle et une Eglise-communion. Ma joie, c’est de les soutenir, de les encourager et de marcher avec eux. Et l’Esprit marche aussi avec nous. Nous devons l’accueillir pour qu’il nous guide et nous éclaire.

Abbé Willy Wele-Wele
Prêtre dans le secteur de Nassogne


Commentaires