Le rôle du Conseil Pastoral dans un secteur

lundi 4 janvier 2016

A quoi sert le Conseil Pastoral dans un secteur ? Qui est invité à en faire partie ?
A Somzée, le Conseil Pastoral est en route depuis quelques mois...

Qui ne connaît l’expression « avoir le nez dans le guidon » ? Cela veut dire « ne plus avoir une vue d’ensemble de la situation », être tellement pris par le quotidien qu’il ne reste plus de temps et d’énergie pour anticiper l’avenir. Si cette expression est surtout entendue dans la vie professionnelle, l’engagement bénévole et singulièrement l’engagement chrétien n’échappe pas à ce risque.
Voilà la principale mission du conseil pastoral de secteur (CPS) : discerner ensemble les objectifs prioritaires de notre engagement chrétien dans le lieu où nous habitons.
Discerner c’est se mettre à l’écoute de l’Esprit-Saint. Il est donc important que les personnes qui compose le CPS soient représentatives des différentes sensibilités présentes dans les paroisses. Mais il est tout aussi important que ces personnes n’y viennent pas pour défendre les intérêts du groupe qu’elle représente mais qu’elles soient là pour contribuer, par leur rôle de représentation, à formuler les objectifs prioritaires à mettre en œuvre dans le secteur.
Dans le secteur de Somzée, nous avons commencé fin 2014 la démarche du chantier paroissial par la constitution d’un conseil pastoral de secteur. Lors d’une réunion de secteur ouverte à tous, chacun a été invité à donner par écrit le nom de personnes qu’il verrait bien représenter chaque groupe actif dans le secteur : un représentant par paroisse, un représentant pour les fabriques d’église, un autre pour les chorales ou encore les visiteurs de malades, pour le catéchisme sans oublier les mouvements de jeunesse, vie féminine, …
Les personnes les plus souvent citées ont été invitées à faire partie du CPS.
Au total, cela fait vite une assemblée assez nombreuse et une bonne méthode de travail est nécessaire.
Lors de la première réunion du CPS, nous avons pu exprimer, au nom du groupe que nous représentions, les priorités qui nous semblaient importantes. Ensuite, après nous être mis à l’écoute de l’Esprit-Saint, nous avons « voté » et « élu » trois priorités.
Dans les réunions suivantes (au rythme d’une réunion tous les trois mois), nous avons abordé une des priorités pour l’approfondir et - très important - pour décider ensemble d’actions concrètes. Lors de ces échanges, d’autres sujets surgissent. Nous les notons dans une liste. Lorsque le CPS décidera, après avoir évalué les effets des différentes actions menées, qu’il peut passer à d’autres priorités, cette liste nous aidera à re-discerner trois nouvelles priorités.
Déjà, nous avons pu avancer sur deux de nos priorités : la création d’un secrétariat de secteur et la mise en place de la nouvelle manière de voir la catéchèse dans un catéchisme de cheminement.
Mais au vu de la taille de la liste de sujets que nous avons déjà constituée, le travail du CPS ne fait que commencer …
Bernard Avaux, membre du Conseil Pastoral du secteur de Somzée


Commentaires